Pourquoi ce blog ?

Pour contribuer à l’affirmation du facteur culturel dans la campagne présidentielle de 2007.

Ce qui nous semble imposer trois principes de base.

Premièrement, élargir le champ de la notion de culture à l’enseignement, la recherche ; traiter les relations avec les industries culturelles, la technologie, les médias,

Ensuite, critiquer l’articulation de la culture, du politique et de l’économie ; concrètement, penser à la fois l’autonomie du domaine culturel et les axes d’intervention de la puissance publique dans le cadre d’une campagne électorale.

Enfin, comprendre la culture non seulement comme domaine spécifique de la vie sociale, mais aussi comme dimension de l’homme, forme de vie, dans la perspective d’une culture de soi démocratique.

Quelque chose ne va pas dans les relations du politique, de l’économie et de la culture. Un déséquilibre, un excès. Que cette situation puisse être vécue comme une menace, une indignité pour ceux qui placent la culture au centre de leur vie serait une situation suffisante pour réagir. Mais il apparaît de plus en plus clairement que la société en général – dans son désir de vivre ensemble- souffre de ce déséquilibre.

Nous voulons croire que la campagne présidentielle peut être l’occasion pour nos concitoyens de mesurer le prix payé par la société pour l’abaissement de la culture. Qu’il s’agisse de l’esprit public, du lien social, du respect des professions intellectuelles et artistiques, une nouvelle orientation est nécessaire.

La « société du savoir », si elle a un sens, doit être une « société de culture ».

La domination excessive de l’économie –au détriment du politique aussi bien que de la culture- a pu masquer la nécessité de cette réorientation de la société, comme elle a occulté l’ampleur et le caractère stratégique des attaques contre la culture.

Il y a des raisons de penser que cette situation est en train de changer. Nous les donnerons.

La candidature de Ségolène Royal marque un retour du politique et des questions délaissées par la routine technocratique, le consensus économiciste et le populisme. Nous contribuerons à cette campagne.

Si cette orientation vous semble intéressante, saisissez avec nous l’occasion de ce débat public.

Collectif Culture Critique 2007

Ecrire à : bonnet.etienne@gmail.com

Publicités

3 Réponses to “A propos de Culture Critique”

  1. Olivier Gourvil Says:

    Je souscris aux orientations générales de votre blog. Il semble très urgent de saisir la campagne présidentielle pour faire entendre des voix pour l’art et la culture, en échappant aux corporatisme ou thématiques habituelles ( droits d’auteurs et internet, intermitants ) auxquels ne saurait se rapporter tout le débat.
    Puisque apparement l’art et la culture d’une société ne semble pas aller de soi comme valeurs essentielles, la campagne de Segolène Royal doit prendre davantage en compte la part culturelle de la société.
    Cela étant;.. Quels sont les moyens d ‘action?
    Cordialement
    A très bientot
    OG.


  2. La culture : grande absente du « pacte présidentiel » de Ségolène ROYAL

    L’intégralité du programme culturel de Ségolène ROYAL se résume à deux propositions, 2 sur 100 : quelle ambition ! Les voici dans leur intégralité : « Soutenir la création et l’emploi culturels » et « inscrire l’éducation et la pratique artistiques à tous les niveaux de la maternelle à l’université ». C’est tout ! Une véritable honte pour le milieu culturel. D’autant qu’une fois encore, le programme de Ségolène ROYAL est creux et se résume à de simples intentions… on est loin du projet culturel de Nicolas SARKOZY, dont voici les principaux éléments :

    Un budget mieux orienté

    En termes financiers, Nicolas SARKOZY veut augmenter et protéger le budget consacré au ministère de la culture, sans jouer sur les périmètres. Concrètement, il souhaite réorienter les crédits du ministère de la culture sur les aides à la création et les politiques d’acquisition des œuvres, plutôt que sur les dépenses de fonctionnement.

    Il construira par ailleurs un dispositif pérenne d’indemnisation du chômage des artistes et techniciens intermittents du spectacle, en concertation avec les partenaires sociaux.

    Une « démocratisation culturelle »

    Nicolas SARKOZY souhaite mettre l’éducation artistique à l’école au cœur de la démarche de démocratisation culturelle. Il veut permettre aux jeunes qui ont un talent et un engagement artistiques de les valoriser pour l’accès aux grandes écoles et dans les parcours universitaires.

    Il propose également de lever tous les obstacles au mécénat et aux fondations. Il souhaite pour cela encourager l’intervention privée en fixant des obligations de résultats aux établissements publics culturels pour l’association de partenaires privés. Enfin, Nicolas SARKOZY demandera l’instauration de la gratuité dans les musées.

    Un véritable service public de la culture

    Nicolas SARKOZY souhaite accroître les obligations des chaînes publiques en matière d’émissions culturelles, notamment à des heures de grande écoute. Il veut aussi ouvrir davantage l’accès aux éléments du patrimoine d’habitude fermés au public.

    En complément, le candidat de l’UMP prône le développement de l’accès à la culture par Internet, en créant des sites gratuits d’accès aux œuvres tombées dans le domaine public ou financées par des fonds publics. De plus, il s’engage clairement en faveur de la numérisation des archives nationales.

    Une politique culturelle plus efficace

    Nicolas SARKOZY propose de confier l’attribution des aides à la création à des agences indépendantes, composées d’experts, d’artistes et de représentants du public. Il veut également créer une instance de pilotage unique de la politique culturelle de la France à l’étranger, sur le modèle du Goethe Institut par exemple.

    Un rayonnement international de la culture française

    Nicolas SARKOZY veut accentuer notre présence culturelle à l’étranger, notamment en Asie et en Amérique. Il souhaite par ailleurs accroître les moyens de l’enseignement du français à l’étranger et de l’aide à la formation des enseignants dans les pays en voie de développement.

    Le candidat de l’UMP veut en outre permettre à la place parisienne de s’imposer sur le marché de l’art, en demandant à nos partenaires européens une réduction du taux de TVA à l’importation des œuvres. Enfin, Nicolas SARKOZY souhaite développer une politique de recrutement, d’accueil et de formation en France des futures élites artistiques étrangères.

    Voilà un véritable projet culturel. Voilà une réelle ambition pour notre pays. A ceux qui voudraient commenter le projet de Nicolas SARKOZY, ce blog est fait pour ça : à vos commentaires !

    Louis BAPTISTE

  3. IFP Says:

    merci de me tenir informée des nouveaux articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s